Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
L'apostilleur

Ne pas rire (se moquer), ne pas déplorer, ne pas détester mais comprendre (Spinoza)

Avec les Saints de glace, l’Eglise a-t-elle joué avec le feu ?

Dès l’aube du Moyen-Age les Saints de glace se sont ancrés dans les calendriers catholiques comme repère d’une période utile aux paysans ; les dernières gelées.

Mamert, Pancrace, Servais (11, 12 et 13 mai) sont trois des Saints de Glace… qui sont quatre. Pour prendre en compte les conditions climatiques de territoires plus au nord on ajoutait Saint Urbain (25 mai) « …qui les tient tous dans sa main. »

Cette communion entre le calendrier et les saints donnera naissance à l’almanach. Au XVe s. le « Grand compost et calendrier des Bergers » agrémentait le calendrier de conseils d’agriculture, de médecine… 

Au XVIIe s. le Dictionnaire de l’Académie française donnait une définition explicite de l’almanach « un calendrier qui contient tous les jours de l’année, les festes, les lunaisons, les éclipses, les signes dans lesquels le soleil entre, avec des pronostics du bon et du mauvais temps ».

Comparé au calendrier sanctoral romain (dates et Saint du jour), l’almanach apportait des informations utiles et variées qui accolées à la date du Saint à fêter ce jour-là, pouvaient relativiser son importance.

Néanmoins, les Saints de glace se distinguaient toujours depuis que le premier d’entre eux Saint-Mamert Evêque en Dauphiné, instaura au Ve s. après JC, les Rogations. Ces trois journées (triduum) consacrées à demander l’aide de Dieu pour éviter les calamités de la nature n’avaient pas été déterminées par des astrophysiciens mais par des observations météorologiques paysannes. Avant l’Ascension, elles repéraient sur le calendrier les dernières gelées et lançaient les nouvelles cultures pour l’immense majorité de la population paysanne.

 

Probablement marri par l’importance accordée par les fidèles à ces Saints plutôt qu’à Dieu, l’Eglise de 1960 les remplaçait sur le calendrier. Ce faisant elle montrait le chemin à d’autres pour repenser un calendrier qu’elle montrait malléable.

Déviant le sens du calendrier sanctoral, on devine des motifs mercantiles pour instaurer l'usage qui a conduit à fêter les individus porteurs du prénom d’un Saint plutôt que le Saint lui-même.

Portés par la nouvelle foi laïque conjuguée à l’antichristianisme de la fin du XXe siècle, les organismes publics masquent désormais la référence à la Sainteté historique du prénommé.  

Ces événements conjugués ont été propices il y a quelques temps, à l'émergence d'une revendication laïque par l’entremise du journal Le Monde. Il offrait une tribune à ceux qui, appuyés sur la dérive mercantile du calendrier, considéraient qu’au motif de « …l’égalité des citoyens … il n’est pas admissible que nos concitoyens qui portent en très grand nombre des prénoms n’ayant jamais été portés par un saint ne puissent être fêtés comme les autres ! …Anissa, Mamadou, Mohamed, Yasmine etc. »

On pourrait leur suggérer, plutôt que de vouloir détruire ce totem culturel, d’innover par leur propre calendrier "républicain" » qu’ils nommeront comme il leur plaira.

Nul doute que Pâques et Noël sont dans leur collimateur. Lorsqu’ils auront deviné que derrière la « lune rousse » (période qui correspond à la lunaison après Pâques), pourrait se cacher Máni l’ancienne divinité lunaire, demanderont-ils alors l’abolition de la formule ?

Les Saints de glace nous donnent une fois de plus l’occasion d’observer au prétexte d’une doctrine laïciste, l’érosion des traces anciennes de notre culture occidentale.

 

L’Eglise n’aurait-elle pas dû sanctuariser son calendrier en conservant ces Saints de glace qui malgré elle, ressusciteront chaque année aussi longtemps qu'il y aura des jardiniers ?

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article