Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
L'apostilleur

L'apostilleur

Ni dogme ni esprit partisan, juste le contraire

Est-il démocratique d’empêcher un électeur de gauche de participer à la primaire de droite (et vice versa) ?

Est-il démocratique d’empêcher un électeur de gauche de participer à la primaire de droite (et vice versa) ?

 

Considérons que, parmi les trois principaux partis politiques PS, LR et FN deux d’entre eux seront au deuxième tour et que la participation aux primaires de la droite implique la signature d’une charte "...engageant son signataire à partager les valeurs du centre, de la droite et à souhaiter l’alternance".  Cette charte rendant ainsi indésirable un électeur de gauche. (Le carcan imposé par ces conditions ne vise t-il pas à satisfaire des impératifs partisans ?)

Sauf à se considérer comme un pion dans une case, on devrait donc pouvoir s’affranchir de ces contraintes simplistes de parti. Pourquoi ?

Imaginons que cet électeur de gauche distingue dans les propositions d’un impétrant des primaires de droite une mesure ou plusieurs auxquelles il adhère, comment pourrait-il le faire savoir ? A noter que cette hypothèse à toute les chances d’être le cas d’un grand nombre de français qui trouveront un présidentiable « en second » dans cette primaire de droite.

Imaginons encore que son candidat de gauche préféré ne passe pas les primaires de gauche. Deux conséquences ; il ne verra ni son présidentiable de gauche « préféré », ni le présidentiable de droite de son « choix second» au deuxième tour. Il n’aura donc pas pu profiter de l’opportunité démocratique que la primaire lui aura donnée.

Le bon côté des primaires, sans ces contraintes sectaires, est finalement d’offrir aux français non partisans la possibilité de s’exprimer différemment. Et quand on sait que 80% des français sont favorables à un gouvernement trans partisan, il serait contraire au bon sens et à la volonté du plus grand nombre de ne pas laisser ce moyen d’expression accessible à chacun.

On voit ainsi que cette charte est un frein démocratique qui ampute d’une certaine légitimité le résultat du vote des primaires par son accès limité aux « sympathisants-partisans ».  

Une dernière remarque. Cet électeur de gauche pourrait se trouver au second tour face à deux candidats ; l’un FN l’autre LR mais pas celui pour lequel il aurait voté s’il avait participé aux primaires de droite, voir même un candidat pour lequel il n’a que de l’antipathie. A n’en pas douter,  comme en 2012, le parti LR ferait néanmoins appel à lui pour faire barrage au FN.

On voit donc que paradoxalement, le même électeur indésirable aux primaires de droite deviendrait courtisé par la même droite pour le second tour de l’élection présidentielle. Mais accepterait-il encore d’aller voter dans ce cas-là ?

Cette charte, condition limitative de la primaire pourrait être finalement génératrice d’abstentions.

En allant voter aux primaires, ne diminue-t-on pas ainsi le nombre de « votes contre » un candidat ?

 

 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article